Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for septembre 2007

Ce sera la Nouvelle Zélande

La FIH vient enfin de nous annoncer les poules des pré-olympiques. Nous prendrons donc la direction de la Nouvelle Zélande en février prochain pour affronter, outre les locaux, l’Argentine, l’Irlande, Trinidad et Tobago et Cuba.

Nous savons désormais quels sont nos adversaires, nous les connaissons pour la plupart, nous pouvons maintenant commencer avec une vision claire de ce qui nous attend notre préparation. D’ici peu un entraîneur sera nommé, il aura la charge de nous mener vers la qualification, pour autant nous n’avons pas attendu sa nomination et les joueurs ont déjà un programme de préparation physique individualisé.

On notera également que l’équipe de France féminine (les Blue Belles Girls) sont 1ères sur la liste d’attente, il suffit donc d’un désistement et c’est bon…

banniere_16yards.gif

 

Publicités

Read Full Post »

Suspense, suspense….

Le World Ranking nouveau est arrivé [nez de fruits rouges et petit goût de banane comme tous les ans] avec son lot de surprises. Selon la logique nous devrions donc avoir désormais les poules suivantes pour les tournois de qualifications olympiques :

Poule A : Allemagne, Japon, Malaisie, Pologne, République Tchèque et Suisse. Au Japon.

Poule B : Argentine, Nouvelle Zélande, France, Chili, Trinidad et Tobago, Cuba. Oui mais où ? le Chili et la NZ étant tous deux organisateurs quelle serait donc notre destination ?

Poule C : Inde, Grande Bretagne, Egypte, Irlande, Autriche, Bengladesh. Dans cette poule il n’y a aucun pays oragnisateur.

Le principe du switch entre deux nations classées consécutivement semble avoir été retenu par la FIH (Dixit Denis Meredith) pour répartir les organisateurs dans chaque poule.

La grande question est maintenant de savoir quelles vont être les nations « switchées » NZ et GB ou Chili et Irlande ?

Quels sont les enjeux :

« Switcher » Irlande et Chili reviendrait d’un point de vue géographique à contraindre deux nations économiquement modestes (T&T et Cuba) à faire un grand voyage vers la NZ pour jouer leur qualification olympique avec à la clé un risque non négligeable de forfait ce que veut éviter à tous prix la FIH. »Switcher » NZ et GB éviterait cet écueil, de plus ces deux nations sont proches au WR, seulement 39 points les séparent alors que le Chili est 119 points derrière l’Irlande. Si tant est qu’il y ait quoi que ce soit de logique dans tout cela, le switch devrait donc avoir lieu entre NZ et GB. Mais mon expérience de la chose me laisse penser que la logique est souvent absente de ce « machin » là

Il nous faudra encore attendre un peu pour connaître notre destination.

Il semble néanmoins que nous évitions définitivement l’Allemagne, c’est mieux et nous aurions donc deux possibilités :

Argentine, Nouvelle Zélande, France, Irlande, Trinidad et Tobago et Cuba en Nouvelle Zélande en Février

ou

Argentine, Grande Bretagne, France, Chili,  Trinidad et Tobago et Cuba au Chili en Mars

malik-france.jpg

 

Read Full Post »

Pourquoi les Belges et pas nous ?

Pour comprendre comment la Belgique a construit sa qualification aux Jeux Olympiques de Pékin, victoire acquise aux dépens de l’Allemagne, à Manchester, il faut remonter au 13 mars 2004, dans l’heure de midi à Madrid. La Belgique joue là sa qualification aux JO d’Athènes face à l’Afrique du Sud. Il faut une victoire et l’affaire est plutôt bien engagée puisque après 9 minutes de jeu elle mène par 2 buts à 0. Les Africains du Sud reviennent à 2 buts à 1 à la 14e minute et démarre alors un « combat de tranchées » dans lequel aucun des deux adversaires ne lâche quoi que ce soit. A la 65e le capitaine Belge écope d’un carton jaune mais toujours pas d’ouverture pour les Africains du Sud.

Arrive la 70e minute, et 20 secondes avant le coup de sifflet final, c’est l’égalisation. La prolongation ne donnera rien, l’épreuve des tirs aux buts sera fatale aux Belges.

Ce sont donc des Belges anéantis, dévastés par ce résultat qui vont rentrer chez eux. Peut-on se remettre d’une telle épreuve ? Peut-on se remettre d’avoir haussé son niveau de jeu jusqu’à égaler les meilleurs pour dans l’ultime seconde voir tout ce travail, cette performance, s’écrouler ?

C’est là je crois que les Belges ont construit leur qualification aux JO de Pékin. C’est dans la recherche des réponses possibles à ces deux questions cruciales que s’est édifié un hockey belge plus fort, plus sûr de lui, plus confiant, plus professionnel.

Pourquoi ? Parce que les réponses apportées à ces questions ont été des réponses concertées, positives, dynamiques, fédératrices et avec une même vision partagée de ce que devait être l’avenir. Parce que ces réponses ont à la fois nourri et canalisé le sentiment de révolte qui dès lors animait l’ensemble du hockey belge. Cet « échec » n’était acceptable pour personne ; ni l’équipe, ni les dirigeants, ni les clubs ni même les supporteurs n’avaient l’intention de l’accepter.

C’est donc tous ensemble, unis par cette révolte, qu’ils ont décidé de prolonger et d’améliorer leur projet olympique. Chacun, pour sa part, y a contribué, je ne dis pas que cela s’est fait sans difficultés, Giles Bonnett, l’entraîneur, artisan pour une bonne part de cette réussite sportive n’en a-t-il pas fait les frais un mois et demi avant Manchester ? Mais ils y sont arrivés parce qu’ils y ont tous cru, ensemble, en même temps et qu’ils ont tous marché du même pas vers cette splendide qualification. Ils ont récolté les dividendes de leur solidarité, ce n’est que justice.

Lorsque après Changzhou, ce même sentiment d’anéantissement nous a étreints, je ne me souviens pas que nous ayons focalisé l’attention du hockey français sur l’extraordinaire performance de l’Equipe de France. L’Equipe de France avait haussé son niveau de jeu jusqu’à battre les meilleurs (notamment les NZ, qui gagnèrent le tournoi), mais pas une seule fois, une voix ne s’est élevée pour dire que l’Equipe de France avait montré à Changzhou qu’un autre avenir était possible pour le hockey français.

Dès notre retour, nous nous sommes focalisés non pas sur comment aller plus haut mais sur la défaite face aux japonais, dont nous avons oublié au passage qu’ils n’étaient pas si modestes que nous l’avions dit alors. Nous nous sommes interrogés sur qui avait été responsable de l’échec de la qualification aux championnats du monde, il nous fallait coûte que coûte un « coupable ». Certains joueurs ont vu leur accablante déception instrumentalisée au service de remises en cause tantôt de l’encadrement, tantôt des joueurs eux-mêmes, tantôt de la politique sportive prônée par la DTN, tantôt même au service de luttes intestines entre dirigeants. Dès lors, la dynamique était cassée, et malheureusement, malgré de nombreuses réunions, aucune dynamique nouvelle n’a pu émerger ; chacun, équipe, dirigeants et clubs suivant son propre chemin, sa propre logique sans réellement parvenir à ce que tous nous n’embarquions résolument sur le même bateau…

Mais rien n’est jamais inéluctable, pourvu que l’on accepte les leçons de l’Histoire.

hockey-shop_banniere-520x50.gif

Read Full Post »

La procédure est lancée…

recherche entraîneur

sports-et-vacances.jpg

Read Full Post »

World Ranking

Je tiens le World Ranking pour une manière d’improbable usine à gaz, dont je me demande toujours quel objectif ou quels objectifs ont été poursuivis lorsqu’il s’est agit de le créer. Néanmoins ce « machin » s’impose à nous avec ce qu’il a d’injuste (le fait que des compétitions à l’accès limité aux seules nations invitées, Champion’s trophy et challenge donnent des points pour ce classement) et ce qu’il a d’hégémonique (la FIH impose aux fédérations continentales ce classement pour répartir les nations dans les différentes poules des compétitions).

Notre devenir pré-olympique est donc directement lié à notre position dans ce classement comme je l’ai expliqué dans l’article précédent.

Depuis qu’il a été élaboré sous sa forme actuelle, les nations se voient attribuer des points en fonction de leur classement aux JO, aux Championnats du monde, au Champion’s trophy ou challenge si elles y participent et, et c’est là que cela devient intéressant, en fonction de leur rang dans le classement continental sur une période de 4 ans.

Pour ce qui nous concerne nous avons toujours été classés au 6e rang européen, je sais cela peut paraître bizarre en ayant terminé deux fois de suite au 5e rang, mais c’est comme cela, c’est lié au fait que les anglais et les belges, alternativement, ont été classés devant nous à Barcelone 2003 et Leipzig 2005. Pas très simple tout cela j’en conviens, et même un peu obscur. Mais nous allons conserver notre 6e rang européen lors de la prochaine révision du World Ranking et nous nous verrons attribuer 275 points c’est à dire que notre total ne va pas évoluer.

Et alors me direz-vous…

Et bien nos amis du continent asiatique vont eux, établir leur classement continental à partir de deux compétitions les Jeux d’Asie de Doha fin 2006 qui ont servi à attribuer les places pour les JO et la Coupe d’Asie qui s’est achevée aujourd’hui par la victoire de l’Inde. Jusque là tout va bien. Cela se corse quand on s’attarde à la performance de la Malaisie qui pour la première fois monte sur le podium de la Coupe d’Asie, sur la troisième marche pour être précis.

Ayant terminé 6e des Jeux d’Asie et 3e de la Coupe d’Asie, la Malaisie se trouve dans une situation étonnante puisque dans le même temps, le Pakistan terminait 3e des Jeux d’Asie et 6e de la Coupe d’Asie. Ces deux pays, Malaisie et Pakistan devraient donc occuper soit la 5e soit la 6e place du continent asiatique, la Corée serait 1ère, l’Inde 2e, la Chine 3e et le Japon 4e.

Mais qui sera 5e et qui sera 6e ??? Aucune indication précise ne nous permet d’anticiper la réponse à cette question.

Le 5e aura droit à 300 points au World Ranking, le 6e, 275. Et cela fait une grosse différence, car la Malaisie si elle était classée au 5e rang, nous passerait devant au World Ranking, et aurait la chance de prendre place dans le tournoi pré-olympique du Japon avec l’Allemagne, et si elle était classée 6e, rien ne changerait ni pour elle ni pour nous au World Ranking et nous prendrions alors et comme prévu, la direction de Kakamigahara en Avril prochain.

Cela n’est pas anodin loin s’en faut, mais il faut bien l’avouer, la FIH se complait dans ce genre de règlements compliqués et obscurs qui rendent parfois, pour ne pas dire souvent, notre sport, son fonctionnement et ses compétitions totalement inintelligibles pour les non-initiés.

Nous n’aurons plus longtemps à attendre pour connaître à quelle sauce nous serons mangés les uns et les autres puisque fin septembre le nouveau World Ranking devrait être publié mais d’ici là, nous ne sommes de toute façon pas à l’abri d’un changement du mode de calcul, je m’attends à tout…

malik-france.jpg

Read Full Post »

3 tournois : Février en Nouvelle-Zélande, Mars au Chili et Avril au Japon.
Tournois de 6 équipes en round robin plus finale entre le 1er et le 2e.
Seul le vainqueur du tournoi est qualifié pour les JO.
La répartition est effectuée en fonction du classement relatif des nations concernées dans le World Ranking.

Sous réserve que l’Australie batte la Nouvelle Zélande entre le 11 et le 16 septembre, nous aurions le World Ranking relatif suivant :

1-Allemagne

2-Argentine

3-Inde

4-Nouvelle-Zélande

5-Angleterre (ou GB)

6-Japon

7-France

8-Malaisie

9-Egypte

10-Irlande

11-Pologne

12-Chili

13-République Tchèque

14- Trinidad et Tobago

15-Bangladesh

16-Européen issu de la CE B

17-Européen issu de la CE B ou Cuba

18-Cuba ou Européen issu de la CE B

Nota : Le Chili étant classé 12e pays non qualifié, se retrouverait dans le même tournoi que le Japon, ce qui n’est pas possible, la FIH « switcherait » alors Chili et Pologne (Dixit Denis Meredith)

Tournoi A

Tournoi B

Tournoi C

Allemagne

1

Argentine

2

Inde

3

Japon

6

Grande-Bretagne

5

Nouvelle-Zélande

4

France

7

Malaisie

8

Egypte

9

Pologne

11

Chili

12

Irlande

10

République Tchèque

13

Trinidad et Tobago

14

Bangladesh

15

Cuba ou ?

18

? ou Cuba

17

?

 

Quoiqu’il arrive lors de l’Oceania Cup, la France étant classée : 7e pays non qualifié sera obligatoirement avec le pays classé : 1er pays non qualifié en l’occurrence l’Allemagne, au Japon.

Non officiellement mais de sources autorisées, en cas de victoire de la Nouvelle Zélande, le tournoi de qualification de remplacement serait organisé en Irlande, à une date non précisée.

banniere_16yards.gif

Read Full Post »